Carnet de guerre – épisode 2

Carnet de guerre : série de textes fictionnels s’inspirant des actions de nos missions sur cette campagne en Vastanie. Vous y retrouverez les récits de certaines actions qu’on vécut les pilotes de la JTFF en vol.

Carnet de guerre – épisode préambule : ici – Épisode 1 : ici

Retour sur la mission °2 de la campagne en lien avec ce carnet de guerre : ici

14H50 à 7500m au-dessus des steppes enneigées du sud de la Russie.

“Renard nous quittons la fréquence et rentrons à la base” Le capitaine Yuriy Moiseyev fit ralentir son gros intercepteur Mig31 en arrière de l’Il78 de ravitaillement. Par cette phrase code il venait de signifier à “Nanouchka”, le A50 Manstay en post près de la frontière Vastanne, que la première partie de l’opération “Tchernobog” était terminée.

-Prochaine étape cap 1-6-0, montée 9000m et y a plus qu’à trouver le gros cul. -1-6-0 le cap ! Yuriy suivait attentivement les indications du capitaine Oleg Krasnov. Assis dans le poste arrière du Mig, Oleg avait en charge la gestion du très performant système d’interception S155 de leur intercepteur.

Yuriy et Oleg étaient l’équipage le plus expérimentés de leur escadron. Ils étaient donc tout désignés pour accomplir l’opération “Tchernobog”. Tous deux avaient commencé leur carrière sous la bannière de l’union soviétique. Le capitaine Moiseyev fit d’abord un rapide passage sur Su15 alors que le capitaine Krasnov lui avait directement commencé sur Mig31.


Malheureusement pour les équipages qui avaient rejoint les VVS depuis ces dix dernières années, les carnets de vols ne se remplissaient plus comme avant. Et pour accomplir l’opération en cours il fallait un équipage très entrainé pour avoir une chance de succès ! Yuriy et Oleg n’avaient plus répété cet exercice depuis de longues années mais l’entrainement intensif imposé dans les années 80 avait porté ses fruits. Ils avaient joué ce plan d’action de nombreuses fois au-dessus de la Sibérie, loin des yeux américains… et cette fois, sans répétition, il fallait le mettre en œuvre pour venger l’équipage du Tu95 abattu le matin même.

Le Tu devrais se trouver à midi pour 40km maintenant. -C’est bon je vois le contrails, répondit calmement Yuriy. Le Tu en question était un Tu22M3 des forces stratégiques. Sans le moindre contact radio Yuriy devait venir confondre son écho radar sous le ventre du Backfire. Il leur servirait pour s’approcher au plus près de la frontière. Le Tu22 avait était choisi pour ce rôle de cigogne à cause de sa vitesse. Il permettra de masquer le début du run d’attaque de l’opération “Tchernobog”.

Le mig vient se placer dans un premier temps côte à côte avec le bombardier, et à l’aide d’une lampe torche, Oleg envoya le signal “RENARD” en morse à l’équipage du Tu22. Ce dernier répondit par “BEAR” ce qui signifie que tout est OK selon le plan établi. Le navigateur du Backfire rajouta “BONNE CHASSE” juste avant que le mig se glisse sous le ventre de l’appareil.
Il n’y avait plus qu’à suivre la route du Tu22, et attendre le signal que “Nanouchka” devait transmettre au Tu22. Pendant ce temps, radar éteint, Yuriy et Oleg attendaient… -”24, Nanouchka, Tchernobog” Le signal ! Il ne fût pas long à venir. Signe que l’activité américaine devait être intense au-dessus de la Vastannie. -On accélère mach 1.2 avec les copains. Doucement Yuriy poussa la manette des gaz ce qui fit augmenter la puissance délivrée par les deux énormes réacteurs D30F qui équipe son intercepteur. Encore 30 secondes et le Tu22 montera légèrement et dégagera par la gauche pour laisser le champ libre au mig.

– Maintenant à nous de jouer ! Cap 1-8-0 pleine PC et on monte à 15 000m !! L’intercepteur, dégagé du ventre du bombardier, était maintenant dans son élément. Les deux D30F délivrant chacun plus de 150 Kilonewton sont capables de propulser le chasseur à plus de mach 2.8. Pour cette mission très particulière Yuriy et Oleg étaient tombés d’accord sur une configuration légère de l’armement. Uniquement 2 missiles R33 sous les pylônes avant. Sous ces pylônes les missiles sont semi-encastrés avec le fuselage alors que sous les pylônes arrière ils sont compléments exposés. La vitesse étant l’élément clé du succès de l’opération Tchernobog.

Avec tous leurs systèmes éteints le Mig devait ressembler à un missile balistique tiré par le Backfire. Vitesse et surprise, sont toujours des avantages stratégiques au combat. Yuriy poussa son Mig jusqu’à mach 2.2. Inutile de risquer un décrochage compresseur, à cette vitesse peu de chasseurs sont capables de se mettre en position de tir. La seule crainte d’Oleg était que leur RWR fasse remonter un AWG9 sur son écran. Le F14 était le seul appareil qui avait réussi à les mettre en échec au cours des entrainements en Sibérie. Le F14 fourni par les Iraniens leur avait appris beaucoup de choses sur le tandem AWG9/Aim54. Toutefois les F14 américains semblaient être très occupés du côté de la capitale Vastanne. Oleg esquissa un sourire en repensant aux annonces de victoires des pilotes de JF17 Vastannes entendues à la télé juste avant le décollage. Peut-être que l’heure de gloire du Tomcat était passée, maintenant cela sera l’heure de gloire du Foxhound !

A cette vitesse le territoire enneigé du Caucase défile très vite sous les ailes du Mig.

-Je capte du 16 et du 18 à 10h…. A cette annonce Yuriy poussa machinalement la manette des gaz d’un millimètre vers l’avant… un vieux réflexe de survie… L’ennemi est là… surement un strike en cours sur une base Vastanne. -Combien de temps avant d’allumer ? -encore 1min ! Et je commence la recherche. Ils ne devaient allumer le très performant RP31A Zaslon, leur radar d’interception, qu’au tout dernier moment, une fois arrivé dans leur zone de chasse. Une minute… une éternité dans cette situation, mais à cette vitesse l’intercepteur pouvait parcourir une grande distance afin de surprendre leur proie ! Transpirant dans leurs combinaisons pressurisées et respirant profondément dans leurs casques Gsh6A à visière intégrale, l’équipage du Mig31 attendait.

-Allez c’est parti ! Cherche petit cherche… Oleg, comme probablement tous les NOSA du monde, avait pris l’habitude de parler à son radar. Sur son scope une multitude de contact se déplaçaient. Le RP31 était capable de suivre dix cibles et d’en tirer 4 simultanément. Mais aujourd’hui il n’y en a qu’une seule qui intéresse Oleg, un gros contact, isolé avec un peu chance, qui doit tourner en rond depuis des heures…

-Putain y a des contacts partout ! On dirait la Tverskaïa à l’heure de pointe. -Les caincains ont dû sortir le grand jeu…. Commentât laconiquement Yuriy. Oleg devait faire le tri dans les nombreux échos qui envahirent son scope radar. Il rejeta très rapidement les plus petits… même en formation les chasseurs américains n’étaient pas sa recherche. Il en décela 3 gros au-dessus de la mer, semblant tourner sur des hippodromes Est/Ouest…. Non plus… sa cible devrait plutôt se trouver en avant…. Surement seule ou avec des petits échos proches d’elle.

Pendant ce temps à bord de Darkstar….

-Commandant ! Le missile du Tu22 vient d’allumer un radar. Je reçois une signature de Flashdance ! -Impossible lieutenant Johnson, aucun missile russe ne dispose de ce radar ni de quoi que ce soit de proche…. Le commandant Andrew était un coordinateur tactique expérimenté, il avait fait la guerre du golfe contre Saddam et contre les Serbes en 99… Son expérience comme ses connaissances techniques ne pouvaient pas le trahir….
-Lieutenant Thomson à quelle distance est la patrouille KNIGHT ? -KNIGHT à 20nm au Sud de Kong Commandant ! -Commandant je confirme piste radar Flashdance gisement 0-2-0, commandant je reclassifie le missile ! Cible reclassifiée MIG31 ! Et il est en mode recherche… NEGATIF COMMANDANT IL EST EN POURSUITE !!!

-BORDEL pilote dégage nous CAP 180 ! immédiatement !!

L’opérateur radar du Mig31 était lui aussi expérimenter et cette fois c’était lui qui avait l’avantage. -Contact midi, 9000m, 110Km ! C’est surement lui ! -Tir le dès que verrouillé ! Comme tous les pilotes d’intercepteur, Yuriy, devant, se demandait bien ce qui peut prendre autant de temps à son opérateur radar ! -Je fais aussi vite que je peux… j’ai l’impression de devoir lui envoyer un putain de fax à chaque changement de cible ! Le calculateur du système d’interception S155 du Mig devait recalculer une nouvelle solution de tir à chaque changement de cible d’Oleg. Si en temps normal cela ne prend que quelques secondes…. Lancé à deux fois la vitesse du son cela peut paraitre très long ! -PUTAIN AWG9 A 14h !! … voilà la menace tant redoutée du fameux chasseur de Grumman. -T’inquiète Yuriy… il est loin et on va le laisser sur place avec sa trottinette ! ….Cible verrouillée !! Distance 80Km !! Missile parti ! Tiens Amerikansky… de la part de Sergei !

Sergei, le neveu de sa femme, est navigateur sur Tu142 dans la flotte du nord. Il sera content de savoir que ses collègues du Tu95 sont vengés ! Le gros missile R33 se détache du ventre de l’intercepteur, et son propulseur le fait accélérer à mach 3.5. Le missile fonce maintenant vers sa cible qui n’est rien d’autre qu’un E3 SENTRY américain. Le fameux AWACS !

“BiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiP” L’alerte RWR résonna dans la cabine du E3, tandis que le pilote essayé de faire virer l’imposant avion vers le sud, loin de la menace qui fonçait vers eux à mach3.5. Mais handicapé par l’énorme radôme sur son dos l’avion ne pouvait échapper au missile russe. -Allez… Allez…
Chaque seconde semble durée une éternité à l’équipage de l’intercepteur russe… comme à celui du E3 américain !

Les presque 500kg du missile lancé à mach 3 ne laissa aucune chance au Boeing. Les 48Kg de charge militaire scellent le sort du E3, arrachant l’aile droite de l’avion et enflammant le kérosène… Ni les KNIGHT ni aucunes autres patrouillent ne reçurent plus de nouvelles directives de DARKSTAR.

-BUT !!!


A la vision de l’explosion et de la boule de feu en avant de son intercepteur, Yuriy ne peut contenir sa joie !
-JE CONFIRME !! LA CIBLE ÉVOLUE… ELLE TOMBE !!! PUTAIN ONT L’A EU !! -Maintenant ont dégagent CAP 0-9-0 !!
-Bon Yuriy… pour info l’américain a tiré un aim54 ! Nous sommes cold… le mec doute de rien franchement ! – Et encore tu ne vois pas les contrails des touristes à 2H bas !

Toujours lancé à mach 2.5 l’intercepteur file maintenant plein Est en direction de la mer Caspienne. Dans 3min ils seront à nouveau en sécurité au-dessus de la mère-patrie, ne laissant aucune possibilité de réaction aux Américains…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.